www.patrimoine33.com

Billets de patrimoine33

    • Jean Renier
    • photographe
    • Arveyres
  • N°13 - Arveyres, la Commanderie des templiers

    Arveyres est une charmante commune de 2000 habitants située le long de la Dordogne à l'ouest de Bordeaux; elle est reliée par une voie rapide qui la place à une trentaine de kilomètres de cette grande ville.

    cet article est en cours de rédaction....

  • N°12 _ L'aérodrome change de mains

    L'aérodrome des Artigues de Lussac, ainsi que certains terrains alentours ont été cédé par la CCI Bordeaux-Libourne à la Cali et à l'intercommunalité du Grand-Saint-Emilionnais. Pour gérer ce nouvel organisme il sera créé un syndicat mixte le 1er janvier 2022. Cet aérodrome aura pour vocation à capter une partie du tourisme d'affaires de Gironde et de l'est de la région. D'importants investissement seront réalisés pour accueillir des avions d'une plus grande capacité; il pourrait recevoir des avions d'Angleterre, ce qui nécessiterait la présence de la police des frontières; quoiqu'il en soit la présence de cet équipement donnera naissance à une importante nouvelle zone d'activité.

  • N° 11 _ fruits et légumes par la Garonne

    Garonne-fertile va recréer la dynamique du transport fluvial. Il est sûr qu'au lieu d'engorger les routes pour atteindre Bordeaux, le fluvial revient à la mode. C'est la nouveauté, il faut relancer le transport fluvial pour transporter nos fruits et légumes de nos producteurs du Lot et Garonne à Bordeaux et sa Métropole. En effet il a été testé qu'une péniche ne met guerre plus de temps qu'un camion pour transporter ces denrées de cette campagne lot et garonnaise à Bordeaux. Grâce au port de la Lune, légumes, fruits, miel, bière et paquets de biscuits sont directement déchargés  en centre-ville. Pierre Hurmic, le maire de Bordeaux nous a déclaré "que la résilience alimentaire est un des points forts de cet engagement; le transport par voie d'eau a un avenir certain; nous pensons alimenter le Marché d'intérêt national par le fleuve qui est sous-utilisé; ne nous posons plus la question comment amener une marchandise d'un point A à un point B, mais pensons à différents types de logistique, dont le transport fluvial fait partie."

  • N°10 _ Transformation et recyclage de nos papiers

    La transformation de tous les papiers triés en recyclés; c'est tout d,abord l'arrivée des balles de papier du centre de tri; puis la transformation en pâte à papier; quant au nettoyage et au filtrage des fibres, c'est l'étape qui permet d'éliminer tous les indésirables, comme la colle, les agraphes et les encres. Grâce à une machine à papier ultra moderne la pâte est aplatie, étirée et séchée sur des cylindres chauffés à la vapeur pour se transformer en une immense feuille de papier; on peut en fabriquer à l'heure jusqu'à 110 kms; la dernière phase consiste en la mise en bobine  des feuilles qui seront vendues aux imprimeurs qui les utiliseront en tout et partie pour la fabrication de papiers graphiques, tels les journaux, les cahiers voire les magazines.

  • 9_ Le train Bordeaux-Lyon sur les rails

    Abandonnée par la SNCF il y a six ans, la ligne Bordeaux-Lyon semble renaitre. En effet le projet de la coopérative Railcoop est de nouveau sur les rails. Elle a réuni le million et demi d'euros qui lui permet d'obtenir la licence que lui réclamait le ministère des transport. 6000 sociétaires sont désormais partie prenante dans ce projet. Sept départements entre Bordeaux et Lyon seront à nouveau traversés en 6h.47. De Bordeaux, Périgueux, Limoges, St. Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, Saint-Germain des Fossés, Roanne et Lyon-Par-Dieu seront les villes traversées par ce train-train quotidien. 690 000 passagers annuels seront en moins à encombrer les routes. Le prix du voyage est fixé à 38 euros; c'est sensiblement celui d'un covoiturage normal; une sérieuse concurrence à la multitude d'autocars qui encombre la route. Coté matériel, six rames Régiolis fabriquées par Alstom seront louées à la coopérative par un tiers étranger. Le sujet semble intéresser d'autres projets tels Toulouse-Rennes et Lyon-Thionville; c'est une sérieuse affaire à suivre.

  • 8 _ le Libournais, une terre de maraîchage

    Privilégier les circuits courts et les produits régionaux, c'est souhaiter que le territoire libournais devienne une terre de maraîchage, le libournais ne doit pas être qu'un paysage de vignes; il y a bien-sûr d'autres campagnes, telles la plaine de Condat, ainsi que le territoire de jachères qui se trouve entre Libourne et Arveyres. Les assises du maraîchage se tiendront le 12 mars 2021 pour créer des synergies avec le Département, la Région, la Chambre d'Agriculture; toutes ces entités  planchent sur ce sujet.

  • 7 _ Les transports en Gironde: le RER métropolitain

    C'est quoi ça? J'explique: il y a deux ans la Métropole et le Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine ont imaginé un réseau de train qui ferait le tour de l'agglomération de Bordeaux du type transport de masse ou un genre service express métropolitain. C'est un réseau articulé aux autres, mais surtout offrant un tarif unique quels que soient le mode et l'endroit (tram, bus, autre train), une multitude de petites gares, des trains réguliers et des arrets fréquents en zone dense, avec un service renforcé à certaines heures de la journée. C'est un réseau de 200 kms avec  47 gares et surtout dans 5 directions différentes, une véritable étoile ferroviaire, vers Arcachon, Libourne, Langon, le Médoc et le Nord Gironde. En 2021, pour éviter le passage en gare de Bordeaux-St.Jean, la liaison Libourne-Arcachon sera la première pierre du RER Métropolitain; beaucoup de travaux seront necessaires pour que la création de ce RER prouve son utilité: des quais trop étroits en gare St.Jean, un terminus à créer dans les gares d'Arcachon, St.Mariens, Langon et Libourne, du matériel roulant devra être acheter, et la création d'une voie supplémentaire  à la sortie sud de Bordeaux; et oui ce sera long et cher, mais quasiment indispensable.

     

     

     

     

     

     

     

  • 6 _ Railcoop, un autre train

    Depuis un certain nombre d'années, la SNCF n'assure plus la liaison entre Bordeaux et Lyon. En vue de l'ouverture totale à la concurrence du transport par le rail en décembre 2020, la coopérative ferroviaire RailCoop envisage une exploitation rentable de cette ligne pour 690000 passagers par an. Ce modèle économique a été validé par un bureau d'étude filiale de la SNCF. Ce serait également un modèle pour d'autres marchés ferroviaires province-province en train classique et surtout pour un prix abordable. A l'heure actuelle le but principal de cette coopérative est de devenir opérateur ferroviaire avant le mois d'avril 2021; acheter des rames de trains sera la difficulté principale. Quant à Bordeaux-Lyon, ce serait la première ligne à être exploitée; 6 h. 47 serait le temps évalué pour ce trajet avec des dessertes 3 fois par jour, le matin, en fin d'après-midi et la nuit des gares de Bordeaux, Libourne, Périgueux, Limoges, St.Sulpice-Laurière, Guéret, Montluçon, Gannat, St.Germain des Fossés, Roanne et Lyon. Si à leurs yeux la vitesse est secondaire,il semble que les voyageurs intéressés par ce train veulent en finir avec la voiture et l'autocar. Un essai avec des rames de fret pourrait donner une suite à ce projet. Si la réussite est au bout de cette ambitieuse opération, RailCoop envisage la réexploitation de lignes secondaires abandonnées par la SNCF, ce serait une nouvelle connexion entre les territoires.

    En dernière nouvelle, la Cali est entrée au capital de cette société coopérative ferroviaire à hauteur de 460 parts de 100 euros chacune soit la somme de 46 000 euros. Railcoop a rassemblé 846 000 euros, mais c'est 1,5 million qui est nécessaire pour la demande d'une licence d'entreprise ferroviaire voyageurs.

    Ce sera 3 allers retours quotidiens entre Lyon et Bordeaux, dont un de nuit, qui vont être proposés dès 2022 avec une desserte à Libourne. Le parcours se fera en 6h47. La société n'aura confirmation qu'à la mi-janvier les heures auxquelles seront desservies ces gares. Les études du marché ciblent une fréquentation de      690 000 voyageurs. Coté tarif il sera de 38 euros pour un aller simple Bordeaux/Lyon. La coopérative désire conquérir également une clientèle de tourisme et d'affaires. Ce sera 102 emplois directs qui seront créés, dont 43 en personnel roulant et 59 en gare et divers services.; le plus sera que la société compte proposer des plateaux repas qui seront fournis par des restaurants et des traiteurs locaux.

    A l'heure actuelle ce sont 2550 sociétaires qui sont entrées dans le capital qui reste ouvert à toute personne désirant participé à cette action originale.

     

     

     

  • 5 _ La SNCF et le président Pepy

    Composée de 3 établissements publics, la SNCF est présidée par Guillaume Pépy, également PDG de SNCF Mobilités (exploitation et circulation des trains) et PDG de SNCF Réseau (les voies et les infrastructures). Une nouvelle loi provoque un grand changement à la SNCF qui redevient une société nationale à capitaux publics, détenus à 100% par des capitaux publics et incessibles, c'est à dire non privatisables. Coté dette, en 2020 l'état absorbera 25 milliards et en 2022 les 10 milliards restants. Au point de vue direction, Guillaume Pépy ne briguera pas un troisième mandat à la tête de l'entreprise ferroviaire; d'après lui "ce serait le mandat de trop", d'ailleurs certains pensent que l'ouverture à la concurrence en 2020 n'est pas dans la mentalité du PDG actuel; à  cette date la SNCF devra partager ses voies avec d'autres opérateurs, à l'heure actuelle seuls la société Trenitalia et l'espagnol Ilso seraient sur les rangs; de son coté la SNCF ne sera pas un concurrent facile, il suffit de voir le succès commercial de la société depuis la mise en service du Ouigo, TGV à bas coût, pour se rendre compte que l'entreprise ne reste pas un simple observateur des événements à venir. Le Président Pépy a dit: "Un voyageur dans un train c'est 10 grammes de CO2 dans l'atmosphère par kilomètre; dans une voiture, c'est 200 grammes. Si on veut travailler au redressement de la planète il faut que le transport ferroviaire attire encore plus de voyageurs".

    SNCF en quelques chiffres:

    La SNCF c'est: 33,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2017, mais 7,9 milliards d'euros de dette chez SNCF Mobilités et 44,9 milliards d'euros chez SNCF Réseau. C'est 150 000 salariés, 260 000 avec les filiales et l'international. Coté voyageurs, c'est 26,6 millions de voyageurs InterCités.

    En 2017, dans toute la France c'est 110 millions de voyageurs TGV et 336 millions de voyageurs TER; 15 000 trains circulent chaque jour.

    Prenez le train, mais surtout luttons contre la suppression de certaines gares et de certaines lignes.

  • 4 _ Le ferroutage

    Depuis des décennies on en parle, mais on piétine toujours. Des dizaines de milliers de camions ne font que traverser notre pays et démolir notre réseau routier, l'exemple de tous les camions des pays de l'est de l'Europe, de la frontière espagnole à la frontière allemande ou belge. Pourquoi n'utilise t'on pas le ferroutage? Oui le camion sur un wagon. Nous avons le savoir-faire, le tunnel sous la Manche et surtout les infrastructures; nous possédons un très bon réseau ferré, également des lignes directes telles Hendaye-Paris-la frontière belge ou allemande, cette même frontière du Nord-Paris-Lyon-Marseille ou l'Italie; et pourquoi pas la voie fluviale, le Rhône, navigable grâce à ses canaux, ses grandes écluses, une voie pratiquement jamais utilisée, et oui par le mer aussi, que diriez-vous des camions chargés en Espagne ou à Bayonne sur des navires équipés et qui prendraient la mer direction le nord de la France, la Belgique ou la Hollande voire l'Angleterre; ça c'est penser à la planète.